En 2018 :

 Tous nos vœux de bonne transition écologique
Avec Belle transition (!)
et Sources alimentaires info...

Créé avec NuagesDeMots.fr

2

0

1

8

Belle transition (!) 2017



Editos (!)

Bonne transition en 2018 !

Tous nos vœux de bonne transition écologique en 2018

Avec Belle transition (!) et Sources alimentaires info...

Créé avec NuagesDeMots.fr

 

Abonnez-vous à Belle transition (!)

Abonnez-vous à Belle transition (!), un webzine (mensuel gratuit) enthousiaste et contestataire sur la transition écologique

 
En vous souhaitant une Bonne Année 2017, je vous invite à suivre l'actualité des idées et des réalisations pour la transition écologique.

BonneAnnee2017 fusion s

 

Avec cette première annonce de la prochaine publication du n°1 de Belle transition (!), je vous adresse tous mes vœux pour cette année 2017.

En partageant avec vous l'actualité des idées et des réalisations de la transition écologique - avec enthousiasme et esprit critique  - je souhaite que cette année 2017 soit celle de l'innovation de transition écologique (ITé), c'est à dire une période charnière pour accéder à une perception plus large de ce qui pourra "faire la transition".

C'est bien d'un nouveau type d'innovation dont nous avons besoin : composée de raisonnements proposant de choisir collectivement les activités qui doivent croître et celles qui doivent décroître, et élaborant une programmation partagée de ces dynamiques de croissance et de décroissance.

 

 

 

Mettons-nous à l'ouvrage pour expliquer que "ralentir" peut-être une façon très efficace d'innover

 

Ce débat sur les innovations, nous ne le mènerons pas de façon constructive si nous n'approfondissons pas l'évaluation des conséquences écologiques de nos modes de développement.

Cette évaluation est encore suffisamment superficielle aujourd'hui pour être détournée dans une foule d'opérations de blanchiment environnemental.

 

2017 : l'année de l'ITé [en savoir plus]

Banniere Belle transition

A lire actuellement sur Belle transition (!) :

 

Et je vous dis à bientôt pour le n°1 de Belle transition (!) : le formulaire d'abonnement.

 

François Fuchs

Transition écologique : une affaire de beauté (du geste) ?

Transition écologique : une affaire de beauté (du geste) ?

 
Une véritable fabrique du beau s'est mise en marche pour promouvoir de nouvelles ruptures technologiques allant dans le sens d'une transition écologique fondée sur la participation des géants de l'économie, sans attendre la vérification de la pertinence des options choisies.

Transition HlD ecran

 

Question : qui voudrait (individus, collectifs, entreprises, institutions, etc.) adhérer à un projet de mutation ou de transition écologique s'il ne peut pas être reconnu comme prometteur par tous les grands pouvoirs ?

Ce projet doit être un vrai cadeau de Noël, et la mobilisation une fête réussie. La route solaire (véridique et d'actualité, un prototype venant d'être inauguré dans l'Orne) en est le ruban... Les symboles seront peut-être coûteux, mais ils seront brillants !

C'est dit, Belle transition (!) ne sera pas trouble-fête : nous nous laisserons aussi tentés par l'enthousiasme contagieux...

Les innovations et les nouvelles technologies nous intéressent, mais nous convaincront-elles vraiment après examen plus approfondi ? Disons que nous voudrions les regarder d'un peu plus près, et voir ce qu'elles cachent, parfois sans mauvaises intentions, dans les révélations et les oublis au sujet des avancées réelles qu'elles permettent d'atteindre.

Belle transition (!) sera donc contestataire, inspirée par le même air du large qui donne à Hélène Le Dauphin, illustratrice indépendante, ce vertige exprimé avec tant de sincérité sur cette aquarelle hivernale.

Au fond, il s'agit de répondre à cette question : la beauté de la transition conçue et diffusée par les voix les plus amplifiées n'est-elle pas uniquement et tristement superficielle ?

Voici donc où se situe Belle transition (!) : entre enthousiasme de voir tous les efforts de ce que nous appellerons l'ingéniosité équipée (sous entendu, équipée des fruits des nouvelles technologies, ou d'autres innovations) aboutir à une transition écologique sérieuse, et résistance aux opérations de blanchiment environnemental qui sont malheureusement orchestrées autour d'elle.

 

Les derniers îlots de prospérité de la planète seront-ils gardés par ceux qui habilleront de discours trompeurs les effets encore dévastateurs des petites et grandes inventions de l'anthropocène ?

Mettons-nous au travail pour contrer toutes les formes de défaitisme, et mesurons le chemin qu'il reste à parcourir en montrant où se cachent les manipulations...

Bienvenue dans Belle transition (!).

 

François Fuchs

Climat : à la recherche des émissions en moins

Climat : à la recherche des émissions en moins


Cher-e-s lecteur-trice-s,

flickr nasa climateLa COP22, un temps de concrétisation des engagements pris ?

Aussi fructueuse soit-elle, une étape de planification - comme celle de la COP22 -  d'une mise en œuvre à grande échelle de solutions pour limiter les émissions de GES des activités humaines dans les années qui viennent pourrait ne pas être complètement rassurante... De la même façon, c'est une tâche ardue d'estimer la portée réelle de toutes les initiatives de terrain, plus ou moins localisées, plus ou moins généralisées, voulant de bonne foi apporter leur contribution pour améliorer le bilan carbone de la France. Les dynamiques partant "du haut" pour fixer des objectifs par pays, et celles portées par des acteurs de terrain pour prendre de l'ampleur et essaimer, se rejoignent sans doute à un moment donné pour une accélération de tous les processus…

Pour celles et ceux qui comme moi sont à la recherche du tableau de bord affichant l'estimation globale du niveau des émissions de GES "actions d'atténuation comprises", je crains d'avoir une mauvaise nouvelle : au moment où des états annonceront des diminutions de leurs rejets grâce à telle ou telle action d'atténuation, il faudra une double comptabilité – extrêmement difficile à mettre en place et à défendre – issue d'un organisme de contrôle indépendant, capable de mettre en parallèle ce qui a été "émis en moins" d'un côté, et "émis en plus" de l'autre… dans le même temps.

Toutes les bonnes volontés et tous les lanceurs d'alerte climatiques ne suffiront pas : nous avons besoin d'une revue critique indépendante à l'échelle internationale sur le bilan des réductions et des augmentations d'émissions !

Et le GIEC dans tout ça ? Cela ne fait-il pas partie de ses attributions ? N'est-il pas en mesure de faire la comptabilité des émissions de GES en moins et de les replacer dans le contexte d'un bilan carbone mondial actualisé ?

C'est ce que nous devrons chercher à vérifier aussitôt la COP22 terminée.

 

François Fuchs

Colors